Marc Desvignes, une histoire de passion pour les chiens

Mon premier chien : Vérac

crbst_marc_20desvignesA 16 ans, on m’a offert mon premier chien tant rêvé depuis très longtemps. Ce chien, un beau chiot Berger Allemand de 2 mois et demi nommé Vérac, a transformé ma vie.
A partir de ce jour, une seule chose comptait : mon chien Vérac.

Elever un chiot, j’avais lu évidemment des livres, la presse spécialisée mais malgré cela beaucoup de doutes et d’incertitudes subsistaient sur la méthode de mon éducation. Vérac grandissait, devenait un compagnon de plus en plus entreprenant et imposant. Après une multitude de clubs de dressage de rencontres avec des professionnels son éducation avançait.

Mon expérience chez les Sapeurs Pompiers de Paris avec Vérac devenu chien de sauvetage

crbst_pompier_20chien2Un problème se posa, je devais partir faire mon service militaire. Abandonner mon chien pendant 1 an, m’était impossible. Après beaucoup de renseignements, d’efforts j’avais trouvé la meilleure solution pour nous deux : entrer chez les Sapeurs Pompiers de Paris.

Vérac allait devenir « chien de recherche et de sauvetage« . Quelle destinée pour mon adorable chien, d’être formé pour sauver des vies !

Cette expérience, dure mais très enrichissante, parsemée de rencontres formidables et de plus voir Vérac prendre son nouveau travail très au sérieux .

Premier concept : Assistance Conseil Education Canine

marc-desvignes-chienPendant ce temps, une idée me trottait dans la tête : comment transmettre ma passion ainsi que mon savoir faire aux maîtres et à leurs chiens ?

En avril 1988, je créais : Assistance Conseil Education Canine, l’un des premiers concepts d’éducation pour la vie quotidienne. Expliquer, apprendre aux maîtres comment fonctionne leur animal préféré. A l’époque, tout le monde me décourageait, me disant que les gens faisaient dresser leur chien seulement pour la « garde « . Mais à force de persévérance, d’aide de la part de vétérinaires, ma clientèle s’élargissait avec tous types de chiens : du petit York, au prototype allant jusqu’au Dogue Allemand, avec toujours le même objectif, avoir un chien obéissant dans la vie quotidienne pour lui donner plus de liberté.

Création de l’école canine Toutou’s Cool

En 1992, je réalisais mon école canine tant souhaitée : Toutou’s Cool.
Première école spécialisée dans l’éducation familiale, avec une devise :

« Mieux le comprendre pour bien l’éduquer ».

En 1997, je mettais en place la première maternelle du chiot : « Le Baby’s Cool« . Décrié à l’époque, le Baby’s Cool est axé sur la socialisation du chiot et l’accompagnement des maîtres concernant une période déterminante pour ce binôme.

Remerciements

Il y a maintenant 23 ans de cela, jamais je n’aurais pensé éduquer avec mon équipe autant de chiens, plus de 11 000 à ce jour !

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont encouragé, soutenu et permis d’avancer, aux vétérinaires, mon équipe, mes clients.
Mais surtout à mon regretté Vérac qui s’est éteint à l’âge de 13 ans sans qui cette extraordinaire aventure n’aurait pu exister.

4 réponses à “Marc Desvignes, une histoire de passion pour les chiens”

  1. Adida dit :

    La meilleure référence qui soit ! Bravo

  2. Notre Léonberg Narcès était là au début du baby’s cool en 1997, puis Rollon, Vetchorka, Boïan, Etaine et Héphaïstos………… tous sont passés entre les mains d’éducateurs compétents et agréables sous la houlette de Marc. A recommander sans modération………..

    • Marc Desvignes dit :

      Coucou la famille nombreuse. ce fut pour nous un immense plaisir que de pouvoir travailler avec vous et eux. Merci pour votre gentillesse et votre bonne humeur durant les cours. Une gigantesque caresse (qui va avec la taille des loulous)à tous.

  3. Isa dit :

    Pour moi, ma première visite était en 1997 avec ma première chienne rien qu’à moi : Moona qui avait 1 an et un caractère bien trempé de scottish dominant… Puis est venue Dreamy, Parson russel terrier, pour laquelle je n’ai pas voulu refaire l’erreur et qui est venue dès ses 2 mois… une crème qui peux m’accompagner partout. Et bientôt Rubi, une petite podenca de 3 ans à qui il va falloir apprendre que l’humain n’est pas si monstrueux… à suivre donc…

Répondre à Marc Desvignes

Top